Le mois de septembre est souvent un mois sensible pour les sports mécaniques. En effet, la météo devient de moins en moins certaine, et parfois, il faut revoir ses espérances sur certains évènements. Ce ne sera pas le cas de cette 3e montée historique de Villers-sous-Chalamont. C'est, une fois de plus, l'occasion de voir d'anciennes gloires du sport automobile en action sur route.


Je connais relativement bien le tracé de la côte, qui est également utilisée pour le championnat de France de la Montagne moto. Je sais donc où aller directement en arrivant. Direction la première chicane, installée pour limiter la vitesse des voitures.




On retrouve des classiques des rallyes historiques, comme ces Alpine, ou bien cette Peugeot 104.





D'autres, beaucoup moins courantes, comme la AC Cobra, ou la BMW M3, bien qu'on en voit de temps en temps. Vous connaissez sans doute l'affection que j'ai pour ce modèle. La Renault 5 n'est autre qu'une ancienne voiture ayant été pilotée par Jean Ragnotti. Un mythe à elle toute seule !




Les Renault Alpine sont décidément très bien représentées, ici aussi avec deux A310 et une A110 que j'ai déja eu l'occasion de croiser a plusieurs reprises.




Ah, une Porsche se fait entendre. Ca passe très vite, très propre. Directement derrière, une superbe Fiat Ritmo rouge, à la peinture immaculée qui reflète bien le petit rayon de soleil. Ah une autre italienne, et pas des moindres. En effet, il s'agit d'une Lancia Delta Intégrale, qu'on a déjà eu l'occasion de croiser à Montagney.




De nouveau, deux voitures françaises, avec une sublime A110 et une Gordini, vraiment très propre.




On change de modèle. La Ford Sierra, dans sa version 4 roues motrices, qui semble littéralement rivée à l'asphalte. C'est beaucoup moins évident concernant l'Opel, qui s'offre une petite figure de style. Vous aimez les Porsche ? Tant mieux, alors.





La GT3 signait la fin de la première montée. Je décide donc de changer d'emplacement pendant ce temps. Pendant mon ascension, je fais quelques arrêts pour prendre certains modèles que j'ai loupés. En vrac, une énorme Corvette, une radicale BMW, le GTV6 de Christian, et une photo de famille pour les Alpine.





Certains semblent avoir quelques soucis mécaniques.




La Ritmo et la Delta sont en fin de cortège. Elles font toujours leur petit effet ces deux-là.




Me voilà à peine arrivé dans la grosse épingle, à peu près à mi-parcours, que déjà un moteur hurlant se fait entendre. Le bruit typique ne laisse planer aucun doute, il s'agit bien d'une Porsche 911, qui prend la courbe de manière très rapide. Beaucoup moins rapide, mais tout aussi impressionnant, la Renault 4 prend un roulis tout simplement ahurissant, tassant à fond les suspensions du coté extérieur.




La Porsche 924, que j'ai déjà vu à Reugney. Monsieur m'avait avoué aimer faire le spectacle, c'est chose vraie, il n'avait pas menti. Très sympa. Christian, avec son GTV6 arrive à son tour. Là aussi, vous avez déjà eu l'occasion de voir cette voiture à plusieurs reprises lors des différents évènements tout au cours de l'année, et ce n'est pas pour m'en déplaire. Voilà un modèle que je n'ai jamais vu rouler : l'Audi Quattro. Un autre nom légendaire de la course automobile.




Parfois, pas besoin d'avoir un nombre hallucinant de chevaux sous le capot pour aller vite. Il suffit de voir cette Fiat 127 Abarth rouler pour le comprendre. Les bavaroises sont aussi à la fête.




Parfois, il y a des imprévus. L'Opel GT/E Kadett en est l'exemple parfait. Un tout petit peu optimiste sur la vitesse de passage en courbe, l'arrière part en dérive, qui ne s'arrêtera qu'une fois garée dans l'accotement. Qu'à cela ne tienne, on remet sagement la première, demi-tour sur un coup de gaz, et c'est reparti, en faisant signe au public. Vraiment du grand art !





Décidément, les esprits s'échauffent. La Berlinette est à deux doigts de se sortir violemment. Tout l'inverse de cette Alfa Romeo GTV6 qui reste très sage.




C'est au tour de la Simca Rallye 3 de faire danser son train arrière. Ca s'agite aussi dans l'habitacle de la Renault, alors que la Triumph Dolomite Sprint prend l'intégralité du virage dans un hurlement de pneu brulant.





Qui a dit que les italiennes se baladaient en groupe ? On retrouve la Ritmo ainsi que deux Lancia Delta.




Comme si le spectacle n'avait pas été suffisant, la Ford Escort tricolore se lance dans une dérive interminable. Finalement le crissement de pneu s'arrête en dehors du champ visuel, tout comme le bruit du moteur. Que se passe-t-il ? Et bien c'est simple, l'Escort a fait un tête à queue, et redescend de toute urgence faire demi-tour dans l'épingle, où la chaussée est plus large. La deuxième RS2000 s'amuse également, en allant un peu moins loin.





Plus propre, moins audacieux, tout aussi beau.




Mais bon sang, quelle mouche a piqué nos pilotes ? Voilà que la BMW E30 se lance à son tour dans un tête à queue. Est-ce un concours ? Pas très académique, je vous l'accorde, mais au moins, c'est spectaculaire, et le public apprécie.






Je ne m'en étais pas rendu compte sur le vif, et c'est subtil, mais regardez bien l'échappement de cette Turbo 2. Ca fait un moment que je n'avais pas capturé de retour de flamme. La Kadett, qui s'amuse à drifter.




Allez, les derniers de la session : une R8 et une 205 T16, relativement rare dans cet état.




Je décide de continuer à avancer sur le tracé. J'arrive dans la dernière portion avant l'arrivée, avec un cadre boisé, et un grand virage rapide à gauche. On verra bien ce que ça donne.




On retrouve les mêmes modèles, bien sûr, puisqu'il y a 4 montées au cours de la journée, comme l'Alfa Romeo GTV6 et l'Audi Quattro.




Je profite que l'essentiel des modèles soit déjà en photo une fois, pour m'autoriser deux trois jeux avec l'orientation du boitier.




Cela dit, le virage offre deux ou trois passages sympathiques, avec de très gros appuis sur l'extérieur.




Je trouve une percée à travers la végétation dense, pour me retrouver à bonne hauteur pour le style de clichés que je veux essayer. Oui, c'est relativement osé de placer sa tête à hauteur d'une voiture qui déboule à fond, mais il y avait un gros tronc à peine à ma gauche, et j'étais prêt à courir.




Ah, la Ritmo, une fois de plus. Je m'excuse d'ailleurs auprès de son propriétaire, qui m'a dit attendre les photos depuis un moment. Toutes mes confuses pour le délai de 'livraison' un peu long




Je ne m'attarde pas trop sur la partie haute, et je souhaite rallier une position en hauteur par rapport à la piste, que j'ai repérée dans mes déplacements. Seulement, les commissaires me bloquent au moment où je dois traverser la piste, j'exploite donc ce qui est exploitable.





J'arrive sur place avant la fin des retours au parc fermé de départ. L'angle de vue me plait assez. Le trio de R8 est un pur hasard, mais la photo a un certain charme, je trouve. Tiens donc, d'où sort cette Ferrari ?




La BMW 2002 Tii est parmi les premières à ouvrir la route. Cette voiture semble terriblement facile à placer en courbe sur une dérive de l'arrière. En réalité, il en est certainement tout autre. La Porsche 924 et l'Alfa Romeo GTV6 lui emboitent le pas.




A ce que je constate, les pilotes n'ont pas décidé de lever le pied, et on assiste à un florilège de glissades!




... parfois même trop, comme pour la Kadett, qui aura décidément fait forte impression. L'Alpine A110 en donne également pour leur argent aux spectateurs. Pour les curieux qui se demandent comment cela va se finir, la réponse est simple : dans le mauvais sens.




Voilà les derniers qui passent, et la Porsche GT3 qui s'empresse de rejoindre l'arrivée pour ramener les concurrents.




En bonus, certains s'offrent une ultime montée. Les grandes enfilades de la partie basse sont très photogéniques. Seul bémol, les spectateurs se massent à proximité de la piste, et m'ont contraint de partir directement sur les zones à plus fort dégagement. A étudier pour l'an prochain.




Cette montée historique était très bien gérée, et on reconnait bien là l'habitude du club Moissa'gaz, organisateur. A renouveler sans hésitation l'an prochain. Un regret peut être, le nombre limité d'Alfa Romeo, mais ceci est une remarque qui n'engage que moi..


Postez votre commentaire



Retour en haut de page

© Copyrights Stéphane HERVIER 2010