Après cette journée du samedi forte en émotion, je retourne le dimanche sur le circuit de Dijon-Prenois pour la 2e journée de ce weekend des Super Series FFSA. Arrivé tôt le matin, ce sont à nouveau les racecars qui ouvrent le bal.


Le tour de formation s'effectue sous safety car. Rien de très inhabituel jusqu'ici. Seulement, dès que ce dernier s'efface, les concurrents s'en donnent à cœur joie, avec des freinages extrêmement appuyés, qui vont jusqu'à faire fumer les gommes des pneumatiques.





Quelques filés s'imposent avec cette série aux origines américaines qui ne demande qu'à prendre de la vitesse. C'est la première fois que je suis confronté à la possibilité de faire un filé avec deux voitures sur le même plan, et.. j'espère le réussir.




Dans le dernier tour de la série, la numéro 5 perd un de ses deux silencieux arrière d'échappement, qu'il traine sous la caisse. Pour l'éliminer, le pilote va violemment franchir les vibreurs pour arracher cette pièce métallique qui finira sa course dans le bac à graviers. Déjà victime hier d'une touchette lui coutant une portière, ce weekend pourrait bien être un weekend noir pour cette écurie.




Rapidement les Bioseries envahissent la piste. Mathelin, déjà en forme hier, enchaîne les jolis tours. Lecuyer, qui a connu un samedi bien difficile, semble avoir réparer tous les petits soucis de la veille.




Les tours s'enchaînent sur un bon rythme, mais je ne prête pas beaucoup plus attention à cette série. J'en profite pour me rendre dans les paddocks pour voir les racecars qui rentrent dans leur boxes. C'est le moment d'effacer les stigmates de cette course. Pour certains, il faut complètement démonter l'avant de la voiture pour changer cette pièce en carbone qui semble diriger le flux d'air.





Pour d'autre, les tentes de stand se transforment rapidement en tas de graviers, logés partout dans le châssis, et qu'il faut absolument dégager pour éviter tout problème mécanique. Les problèmes, cette team semble en avoir connu deux trois avec leur Clio.




Le club Alpina fait sa promotion, avec une superbe B6 2,8. Ce modèle de 240cv est un modèle que j'aime vraiment beaucoup. J'accepterais volontiers un petit shooting avec une de ces Alpina.




Les Clio sont en train de faire chauffer les mécaniques au moment où je retourne sur les butes. Parfait, çà permet de contempler un peu mieux les carrosseries de ces voitures de course, parfois très travaillées comme en témoigne celle de Bera.




Tour de chauffe terminé, on entre déjà dans le vif du sujet avec des freinages très chauds, et des pilotes qui n'hésitent pas du tout à utiliser beaucoup le vibreur intérieur.





Là, c'est ce qui s'appelle se prendre un retour de flamme.




Au loin, sur la courbe de Gorgeolles, deux Clio finissent dans les échappatoires en gravier. Je ne sais pas ce qu'il s'est passé, mais elles reprendront toutes deux la route.




Un accrédité prend un malin plaisir à se mettre devant moi au moment où passe le groupe d'acharnés. Du coup, j'ai sa tête sur la photo au moment ou Cabirou et sa Clio nous offrent une énorme flamme. Merci, vraiment … A l'inverse, Archambaud ne provoque pas de flamme, mais une grosse détonation qui libère un bref souffle de fumée grise. Assez compliqué à saisir dans l'objectif.


Tout le monde hausse le rythme, et certains en font les frais, à l'image de Vautrin qui s'offre un joli petit tête à queue dans la plongée de la cuvette. Pas de casse, tout va bien.





C'est toujours très chaud, dans tous les sens du terme, c'est à dire entre les concurrents et au niveau de leur sortie d'échappement. C'est vraiment un rythme très impressionnant.





Pizzitola, malheureux la veille, sort le grand jeu pour faire une jolie course, même si c'est Milan qui signe le doublé ici à Prenois.




Durant la pause sandwich, nous retrouvons les mêmes animations que la veille. La moto BMW est toujours mis en opposition à une voiture, mais, aujourd'hui, il s'agit d'un bioracing. Mieux vaut avoir des gommes qui sont à peu près à la bonne température, sous peine de rencontrer l'asphalte un peu plus violemment et plus rapidement que prévu.





Quelques barquettes et formules font deux ou trois tours aussi, histoire de s'amuser un peu et d'occuper les spectateurs venus en nombre.




Pendant ce temps, les commissaires évacuent deux Clio qui ont vraisemblablement connu un petit accrochage dans la parabolique.




Je décide d'innover, en allant voir s' il y a quelques possibilités de faire quelques clichés sympas depuis la courbe de Pouas. C'est compliqué, puisque le créneau est très petit, mais c'est réalisable. On remarque que les carrosseries de ces Racecar portent les marques d'une lutte acharnée.





La numéro 16 a même perdu une aile entière et rentre aux stands pour réparer tant bien que mal les dégâts.




Je retourne en haut du double-gauche de la Bretelle pour finir cette série. J'y retrouve le numéro 16, pour qui les dégâts ne semblent pas s'arranger. A ce moment là, je suis persuadé que son pilote va s'arrêter aux stands pour ne plus en repartir.




Au final, il n'en sera rien même, si de tour en tour, l'état de la voiture se dégrade. C'est très impressionnant et si je m'en réjouis, c'est uniquement d'un point de vue photographique. En effet, je n'ose pas imaginer les conséquences si un bout de fibre venait à se détacher et finir sa course dans le public...





Un bref passage à l'entrée du paddock fermé pour constater que les racecars sont déjà rentrés, à l'exception de celui-ci, très cliché américain avec ses coloris à l'effigie de McDonald's.




C'est désormais l'heure de la dernière course des GT. Il est évident que je me précipite sur les abords du circuit. J'aime bien cette vue très éloignée et plongeante sur la cuvette, même si je n'ai pas réussi à l'exploiter parfaitement. Peut-être pour une prochaine fois....




On retrouve les mêmes voitures que la veille. Allez, je me sens d'attaque, je fais directement des filés. J'en suis plutôt satisfait, mis à part quelques légers soucis de netteté, comme par exemple l'avant de la Lamborghini.





Les Ferrari russes de l'écurie Luxury-racing sont roues dans roues, toutes les trois un peu à la traine.




C'est très intime entre les Lamborghini, à la limite de se toucher. Soheil Ayari et Bruno Hernandez enchainent les tours de manière régulière. La Morgan roule aussi telle un métronome, pourtant en bagarre pour les avant-postes.




Comme hier, je m'attarde un peu sur les retours de flamme de la Viper, dans l'espoir d'en saisir une très impressionnante.




Le trio de tête cravache pour faire l'écart. L'Aston Martin s'accroche pour ne pas se faire trop distancer.




Alors que je change de position pour vraiment avoir le passage du vibreur au point de corde, une Ferrari s'offre une petite pirouette. Là non plus, pas de dégâts, même si elle semble avoir déjà souffert d'un petit contact à l'arrière gauche.




A peine dégagée, voici déjà deux Audi R8 Le Mans qui s'accrochent juste devant moi. Elles s'immobilisent les deux de part et d'autre de la piste, parallèles, comme un balai artistique. La numéro 8, très excitée se remet dans le bon sens sur un brutal coup de gaz. D'ailleurs, la manœuvre est osée, et a bien failli se finir en un deuxième contact.





Pour les autres, la bataille continue, et ces monstres de puissance enchainent les tours. Toujours sous le coup de la montée d'adrénaline, l'Audi R8 LM numéro 8 sort très large au tour suivant.




La Ferrari #33 est elle aussi toujours en train de jouer avec la limite, et se sort à peu près indemne de cet énorme travers.




J'attends, comme à chaque tour, le passage de la Viper. Mais, celle-ci se fait attendre. La surprise est grande quand elle surgit au ralenti, dans un nuage de fumée blanche. Je ne sais pas qui de Barthez ou Moulin-Traffort était au volant, mais le pilote a perdu le contrôle au moment de la remise des gaz pour s'extirper de la parabolique, et a fini sa course dans le mur. Elle est très mal en point, et finira par s'immobiliser dans le bac à graviers.




L'Audi R8 Le Mans, déjà impliquée dans le tête à queue tout à l'heure, s'offre à son tour un petit avertissement sans frais avec une trajectoire un peu trop large. Cette dernière course des GT se termine sur une victoire du binôme Bornhauser et Groppi, plus haute marche du podium très méritée.




Un hélicoptère survole le circuit, ce qui semble être habituel, au final.




Pour la première fois du weekend, je suis au bord de la piste au moment où s'élancent les Leon Supercopa. Cette catégorie dédiée à un modèle de la marque Seat semble être assez impressionnante, de prime abord.




Au final, un des seuls intérêts de la classe se résume à la diversité et la palette de couleurs choisies par les propriétaires pour décorer leur voitures.




Un petit filé avec deux voitures en train de se dépasser. C'est le deuxième du weekend, finalement. La photo avec les deux voitures floues a l'avant-plan me plait beaucoup aussi.




Je tente aussi de faire un HDR, mais sans trépied, et sans utiliser le format RAW. Ça donne quelque chose d'inattendu, mais pourquoi pas.




Cette série se révèle très monotone, sans grande bataille, toutes les voitures empruntant exactement la même trajectoire. Seule animation, cette Seat qui rejoind son stand sur le plateau de l'assistance.




Ce weekend de sport automobile se clôture donc ainsi. Je découvrais la plupart de ces séries. La catégorie des GT, bien que remaniée cette année demeure très impressionnante. Malgré le fait que je n'ai pas vraiment adhérer aux Bioseries, il faut bien reconnaître que leurs performances sont remarquables.


Il faut également noter que j'ai volontairement omis de mentionner les camions, qui feront partie intégrante d'une mise à jour leur étant dédiée. A très bientôt.


Postez votre commentaire



dimanche 18 juillet 2010 17h09 - posté par Carlox

<3<3<3<3<3

dimanche 6 juin 2010 20h39 - posté par Fluide Glacial

Que de casse pour certaines voitures mais j'ai adoré les 2 audi R8 synchro ^^ Bravo pour tes photos

vendredi 28 mai 2010 15h51 - posté par plombier polonai

Du beau boulot, mais les photos avec une auto qui n'est pas entière dans le cadre sont à supprimer. (sauf effet particulier voulu comme les 2 floues).

jeudi 27 mai 2010 19h31 - posté par dlh-motorsport

Bravo pour toutes ces très belles photos.

mercredi 26 mai 2010 16h59 - posté par Did

Une fois de plus bravo !

mercredi 26 mai 2010 15h38 - posté par butor

Tes photos sont de plus en plus belles!

Retour en haut de page

© Copyrights Stéphane HERVIER 2010