Le GT Rallye est un événement encore assez peu connu. Clairement dans l'esprit d'autres grandes courses telles que le Rallye de Paris, par exemple, ou le Tour Auto, il n'a pas encore acquis la notoriété de ceux-ci. Toujours est-il que cette année il fait escale a Dijon-Prenois pendant ma période de vacances universitaires, et que ca semble être l'occasion rêvée de voir des modèles d'exception.


Nicolas, de Arthomobiles me propose qu'on y aille ensemble. C'est avec grand plaisir que j'accepte de faire le chemin en sa compagnie. Le doute plane puisque nous ne connaissons pas du tout la composition du plateau (a part un ou deux indices obtenus la veille), mais surtout, nous ne sommes théoriquement pas autorisé à pénétrer dans l'enceinte du circuit.


Après une traversé de Dijon des plus fluides, nous arrivons devant les portes métalliques closes du circuit. Personne sur place, pas un bruit, visiblement nous sommes les premiers sur place, comme prévu. L'attente n'est pas longue avant que les premiers arrivants soient là. Deux Porsche suisses, dont une sportive GT3 RS grise anthracite du plus bel effet.




Très peu de temps après, une Ferrari F430 noire se présente a son tour. Elle est sobre, peut être même un peu trop a mon goût. On remarquera que l'entrée du circuit n'est pas très glamour, avec de chaque coté d'énorme pancartes publicitaires. Il va falloir jongler avec les cadrages pour ne pas les avoir en arrière-plan.




Il faut attendre un peu plus longtemps avant de voir arriver les prochaines voitures, qui sont également des Ferrari. La première est également une F430, mais cette fois-ci dans sa version Scuderia. Effectivement, le placement des échappements diffère, ainsi que divers petits détails. Je me demande bien comment de la paille peut se retrouver dans les immenses prises d'air a l'avant, mais plus rien ne m'étonne. La deuxième est une 599 grise. C'est la première fois que j'en vois une en liberté, et sa ligne est très fluide. Élégante, mais d'aspect sportif également, la 599 souffle un ronronnement très agréable a l'oreille.





Quelques secondes après, une deuxième Porsche GT3 RS verte se présente. Je la préfère en vert, plutôt que le gris sombre arrivé en tout début de matinée. Le propriétaire en s'attarde pas, et s'enfile rapidement dans le portail, pour disparaître derrière les grosses grilles bleues. Ça me permet de voir qu'il faut a tout prix prévoir l'arrivée des voitures, car le temps mis a disposition n'est vraiment pas énorme.




Il y'a un petit répit avant d'entendre au loin un moteur hurlé. Je me positionne très rapidement, pour me rendre compte que c'est une Ferrari 458 Italia. La pression monte d'un coup, puisque c'est un petit peu la voiture qui justifiait le fait de venir, malgré le manque flagrant d'information. Je l'ai bien évidemment déjà vu en salon, en photo à de nombreuses reprises, mais la sensation n'est pas la même du tout qu'en réel. Elle est vraiment très basse, pas très massive. Celle-ci, siglée aux couleurs de Pozzi, concessionnaire emblématique, délivre un ronronnement assez marquant.




On calme un peu le jeu avec l'arrivée de Lotus Exige S. Sa robe noire bordée de liserets dorés est vraiment très originale et lui sciait a ravir. On a pas vraiment l'impression comme çà, mais cette voiture est une petite fusée, puisque son poids qui frôle les 900kg.




C'est calme un moment, avant que se fasse entendre un bruit sourd, très puissant au loin. De prime abord, au loin, on dirait une 'banale' Porsche. En fait il n'en est rien, puisque c'est une RUF, c'est à dire une préparation très pointue sur une base. A la vue des tuyères d'échappement, on peut aisément comprendre le bruit qu'elle fait. C'est vraiment très impressionnant. Bon nombre de propriétaires se laissent avoir par un portail ne menant nul part qui reste ouvert. On ne s'en plaindra pas, puisque ca les oblige à repasser une deuxième fois devant nous.




Soudainement, deux voitures déboulent a toute vitesse. Ce sont deux allemands qui arrivent probablement depuis l'Allemagne ensemble. C'est là un des très gros morceaux, puisque roues dans roues, on retrouve une Ferrari 458 vert foncé, et une sulfureuse Porsche Carrera GT. Cette dernière a une garde au sol extrêmement basse, et mieux vaut être prudent a ne pas arracher l'avant à la moindre bosse. Elles se dérobent rapidement par un chemin détourné. Le revêtement a beau être très endommagé, ca n'arrête pas le pilote de la 458 qui fonce dans les graviers.





Il est désormais pas loin de midi. Et il semblerait que l'on puisse accèder au parking sur lequel se garent les concurrents pendant qu'ils se restaurent non loin de là. En effet, on y retrouve les voitures que l'on a vu passer. Je refais un rapide tour, histoire d'assurer des angles de vue un peu variés.





On peut voir que certains modèles n'ont pas été aperçu plus tôt, probablement sur place depuis la veille. C'est le cas de cette imposante Ford Shelby et de la Porsche GT3 RS blanche. Personnellement, je n'adhère que peu au look très massif de la Shelby, et je préfère clairement la Porsche en vert, comme vue ce matin. Par contre, l'aileron arrière, tout en carbone de celle-ci est vraiment un pièce bien réalisée.





Puisque j'ai un peu de temps, je m'attarde un moment sur un modèle. C'est au tour de la Porsche Carrera GT, déjà découverte le matin, d'être prise sous toutes ses coutures. Ce monstre allemand animé par un vigoureux V10 développe une puissance de 612 cv. Intégralement transmise sur les seules roues arrière, cette puissance lui permet d'avaler le 0-100 km/h en 3,9 secondes. Pour freiner cet engin, quatre énormes freins a disques en céramique. L'aérodynamique est assurée par un aileron qui s'escamote ou pas en fonction de la vitesse. Vraiment … je suis sous le charme de cet assemblage de technologie et de puissance.






Pendant ce temps, une Ferrari 430 Scuderia rouge vif est arrivée. J'en profite qu'il n'y a encore pas beaucoup de voitures autour pour prendre mes aises. Et faire là aussi deux trois détails de la voiture. Pourquoi s'en priver? La grille arrière de cette voiture est vraiment ravissante.





Discrète par sa sonorité et par son look, la nouvelle venue est une Maserati GranCabrio. L'intérieur en cuir rouge est inhabituel sur ce genre de modèle (on s'attendrait plus a le voir sur une Alfa Romeo ou une Ferrari). La calandre avant est cependant gigantesque, et semble prête a happer l'asphalte. Effet garanti. C'est encore une voiture assez rare, puisque très fraichement sortie, mais nul doute que d'ici peu il sera légion d'en croiser une.





Il semblerait que le gros de la troupe soit sur place maintenant. La Ferrari 458 Italia rouge de ce matin débarque de nul part, pour venir se garer en face de la verte. C'est parfait, que demander de plus. Allez, c'est parti pour un mini shooting autour des 458. Entre la verte et la rouge, il y a de quoi faire. Équipées d'un moteur V8 à injection direct, les 458 sont dotées de 570cv. Un peu moins que la Carrera GT, mais pourtant plus rapides sur le 0-100 km/h englouti en 3,4 secondes. Les trois sorties d'échappement ne sont pas sans rappeler ceux de la F40. Ce n'est pas tout les jours qu'on voit deux 458 se regarder droit dans les yeux, et je n'ai clairement pas été avare en photo.







Une nouvelle Ferrari, avec la 430 Scuderia d'un joli gris foncé. Décidément, je savais ce modèle populaire, mais de là a en voir autant en même temps, on s'en demanderait presque si ce n'est pas une voiture courante. Je trouve la ligne de cette voiture vraiment très jolie.





La RUF est également présente, et son propriétaire semble avenant puisqu'il répond sans grand soucis a nos quelques questions. Ça ne semble pas être le cas de tout le monde, mais soit.. Une Aston Martin Vantage arrive tardivement, alors que pendant ce temps, les plus rapides pour le repas sortent du chapiteau, et se dirige vers la pitlane du circuit. C'est assez délicat de passer la petite marche du parking pour certaines voitures dont la garde au sol est assez faible, comme cette splendide 458.







C'est là que le doute sur la suite des évènements est le plus important. Pourrons-nous entrer ou pas? Visiblement, les portails sont ouverts et non surveillés, cela ne devrait pas poser de soucis. Mais reste encore a savoir si les butes qui cernent le tracé seront accessibles. En attendant, un rapide passage sur les paddocks pour prendre quelques clichés.




C'est parti, les concurrents entrent en piste. Visiblement, personne ne contrôle l'entrée, et nous allons directement nous placer sur les butes qui surplombent l'entrée de la Bretelle. On retrouve bien évidemment les voitures déjà aperçues plus tôt, mais également d'autres, comme cette autre GT3 RS, orange cette fois-ci, ou une Alfa Romeo SZ. Enfin une Alfa, je commençais a perdre espoir.






Les Porsche semblent vouloir en découdre entre elles, puisque les GT3 et la GT2 roulent souvent en escadron groupé, sur un rythme très honorable.





Une Ferrari 512 TR apparaît. Peut-être d'autres surprises nous attendent, qui sait, peut être une Alfa Romeo 8C par ici ?




Au milieu de tout ce monde, la 458 Italia rouge fait de très grosses relance. Visiblement, elle ne pose pas ses roues sur l'asphalte d'un circuit pour la première fois. La verte non plus, cela dit.




J'avais remarqué qu'on peut faire des filés depuis le dessus de la bute. Je m'y essaye une fois de plus, avec plus ou moins de réussite. J'aime vraiment bien cet effet, même si il est dur d'obtenir des clichés très propres.





Je remonte un peu le long du tracé pour avoir une vue un peu plus plongeante sur la descente de la Bretelle. Les Lotus et la RUF s'amusent sans retenue, et c'est agréable a voir.




Ce point de vue, a travers un trou dans le grillage, permet de bien voir les dévers et le gros changement d'appui au moment du freinage. J'ai aussi essayé de faire quelque chose d'inédit, en laissant l'objectif fixe, et en déclenchant au moment ou la voiture passe dans le champ. Il faut vraiment avoir un coup de chance vu la vitesse de passage, et l'obturation très rapide fige tout.





La Carrera GT se met en route. Je refais deux petits filés avant de quitter le coin.




Je prend la direction de la sortie de la Bretelle, qui plonge sur la courbe de Gorgeolles, ce qui permet de voir un très gros freinage, et une bonne partie de virage, sous différents angles.





La V8 Vantage, pas forcément prédestinée a rouler sur circuit s'en sort pas trop mal. A l'inverse, la 599 grise semble un peu en déperdition, malgré quelques énormes freinages.




Une petite photo un peu plus large, histoire de montrer un peu a quoi ressemble un circuit.




Décidément, je pensais ne pas avoir fait beaucoup de filé, mais il m'en reste pas mal de bon. C'est assez encourageant a titre perso, puisque j'ai un taux de déchet qui réduit de mise à jour en mise à jour. Et c'est tant mieux.





L'Alfa Romeo SZ, bien qu'elle paraisse moins poussé esthétiquement, elle est plutôt efficace sur cette piste. Ce qui marque le plus sur cette voiture, c'est l'important roulis qu'elle prend en courbe. Mais le rythme reste très élevé.




C'est bientôt la fin de la session, et je décide d'aller voir ce qu'il se passe sur les paddocks. En passant au niveau de la Bretelle, je prend quelques clichés depuis un point de vue inhabituel.






Je suis agréablement surpris quand j'arrive sur les paddocks, puisqu'une Ford GT aux couleurs Gulf fait son apparition. J'aime beaucoup cette voiture, même si j'aurais préféré voir une GT40, beaucoup moins courante.




La pitlane est ouverte, et personne ne me demande ce que je fais là. J'en profite allègrement pour me faufiler entre les voitures en attente de repartir.





Un duel de choc s'annonce entre la Carrera GT et la Ferrari 458.




Et c'est reparti. Je suis sur le muret des stands, au milieu de la ligne droite. C'est l'occasion de tenté quelques clichés. Je monte beaucoup les vitesses d'obturation, pour avoir des photos nettes. En effet, là, devant moi, elles doivent passer a pas loin de 200 km/h..





Allongé sur le bitume, je vois ses trois Porsche débouler en bout de ligne droite. J'attends gentiment que les feux stop s'allument sur toute trois, et je déclenche. J'aime bien ce cliché, même s'il n'est pas parfait.




Allez, la ligne droite n'est pas vraiment idéale. Je fonce dans le S des Sablières. Il n'y a vraiment qu'un tout petit endroit ou l'on peut prendre les voitures en appui au bout de la ligne droite par dessus le grillage, donc il ne faut pas trainer.





Le concert des voitures est juste interrompu par cet hélicoptère qui visiblement vient voir ce qu'il se passe a Prenois. Rapidement, les Lotus ou la 458 Italia résonnent de nouveau dans nos tympans.




Il commence a se faire tard, et je décide de rejoindre Nicolas qui doit être resté sur Gorgeolles. Ensemble nous passons faire un tour sur les paddocks, par acquis de conscience.





Un balcon qui surplombe les paddocks nous permet de changer un petit peu les angles de vue.





Une Ferrari 599 rouge arrive seulement sur Dijon. Il était temps.




Depuis le haut, c'est original. Ça permet aussi de voir qu'on a beau posséder un monstre de puissance, ca n'empêche pas de lire la presse people cachée dans le coffre de la Porsche.




Je tente de monter encore d'un étage, ce qui me permet d'être au dessus de la ligne des stands. C'est les préparatifs pour la dernière session, pour les plus motivés. D'après ce qui se dit sur les stands, certains préfèrent en rester là pour économiser leur pneus déjà bien entamés.





La Ford GT attend seule en bout le ligne. Ça me permet de faire une vue que j'aime beaucoup. Une très droite, une orienté, choisissez celle que vous preferez.




Il est l'heure de partir avant l'heure de pointe sur Dijon. Le retour, au cours duquel Nicolas et moi discutons de voiture, aussi surprenant que cela puisse paraître, se passe bien. Finalement, la journée a été bien remplie, et je ne regrette pas d'avoir tenté le coup. C'était quitte ou double, et ca a marcher.


Le prochain rendez-vous aurait du être un peu plus tard, mais je peux d'ores et déjà vous annoncez qu'un événement est venu s'intercaler, et pas des moindres, puisqu'il s'agit du Tour Auto.


Postez votre commentaire



vendredi 3 septembre 2010 12h39 - posté par juw

Reportage fort sympatique mais vous devriez cacher les plaques d'immatriculation.......

Retour en haut de page

© Copyrights Stéphane HERVIER 2010