Comme vous le savez surement, cette année 2010 est placée sous le signe d'Alfa Roméo, qui célèbre le centenaire de sa création. A cette occasion, de nombreux évènements spécifiques sont organisés. Le Club Alfa Romeo France, très actif depuis plusieurs années, organise ce weekend un roulage sur le circuit du Mas du Clos.


Je m'y prends largement à l'avance, commençant à tirer des jalons pour pouvoir prendre part à ce weekend annoncé comme historique. Un souci se pose rapidement, à savoir le fait que le circuit ne soit plus du tout homologué pour accueillir du public. Par conséquent, il faut une autorisation express de l'organisation. Après une longue période de doute quant à cette autorisation d'assister à cette manifestation, le mail de confirmation est une délivrance pour un passionné d'Alfa comme moi.


Le circuit du Mas du Clos est un très beau circuit, à quelques kilomètres d'Aubusson. Très dénivelé et relativement sinueux, il est de nos jours uniquement utilisé pour des sorties club, ou des roulages d'essais très spécifiques. Du fait de l'absence de zone sécurisée en dehors des trajectoires, les spectateurs ne sont autorisés à se placer uniquement sur la zone servant de paddock, le long de la longue ligne droite. Certainement très sécurisant mais, hélas, pas idéal pour prendre les bolides sous tous leurs angles.....


Je prends la route aux alentours de 2h du matin. De manière théorique, il me faut un petit peu moins de 5h, mais je crains fortement le flux de circulation des vacanciers du 1er aout. Et dans le pire des cas, j'arrive tôt, et j'en profite pour camper à l'entrée et shooter l'arrivée des engagés. Finalement, il en sera tout autre, puisque après m'être fié aveuglement au GPS, je me retrouve dans un lieu-dit de 3 bâtisses en pierre, perdu au milieu des bois. Visiblement, il y a un souci. Après une rapide analyse, je me rends compte que je suis à 183km du lieu où je devrais réellement me trouver. Demi-tour toute, j'appelle l'organisateur qui me fournit très aimablement le code du portail du circuit, au cas où l'accès serait déjà fermé à mon arrivée.


Il est presque 9h30 lorsque j'arrive enfin au portail du Mas du Clos. Des voitures sont déjà en piste, et je me dépêche de garer la 147 et de sortir l'appareil photo. La longue ligne droite est à mes pieds, et ça permet de bien voir les voitures. Mais photographiquement, c'est très limité. Tant pis, il faudra faire avec.




Le groupe en piste comprend principalement des anciennes. On y retrouve en vrac un Sprint, plusieurs Spider, et des Bertone.




En se retournant, on peut varier un peu les vues, même si c'est du coup très loin, et que les gens se demandent pourquoi je fais dos à la ligne droite, avec l'appareil pointé vers le ciel. Pas toujours facile..




Une étrange silhouette rentre dans la ligne des stands. Je n'ai absolument aucune idée de ce que ceci peut bien être. Affaire à suivre.




Les Alfa Roméo GTV 116 sont à l'honneur cette année, puisqu'ils célèbrent eux aussi leur anniversaire de trentenaire. Il y a quelques jolies pièces ici, comme ce GTV6 rhodanien.




Une petite photo de groupe ? Dites, c'est quoi cette Alfa bleue au milieu du trafic ? Ce n'est rien d'autre qu'une magnifique Junior 1600Z. Elle vous plait ? Profitez en, cela ne va malheureusement pas durer longtemps. Le pilote viendra immobiliser la belle dans un échappatoire, moteur éteint. Après l'avoir aider à rallier son emplacement, il semblait assez pessimiste sur le jugement. Vu l'humeur, totalement compréhensible, à cet instant précis, je n'ai pas insisté pour en savoir plus. Bon courage.




Pendant ce temps, une petite AlfaSud 1.5 s'offre un tête-a-queue dans les espaces verts. C'est très stable et léger, tout se passe bien, et il reprend la piste sans encombre.




Derrière moi, une très jolie Giulia Sprint GTA rouge vient se garer. Personne autour, parfait. J'aime toujours beaucoup ce modèle, mais il faut savoir rester raisonnable.




C'est désormais au tour des Alfa orientées compétition de faire rugir leur moteur. On y retrouve notamment le superbe GTV116 Production jaune. On croirait un Snobeck, et j'aurais apprécier voir des GTV aux couleurs de Marlboro, Selenia ou encore Autodelta. Tant pis. L'autre machine de guerre présente, jaune et bleue est une barquette Alfa. Je suis incapable de donner un nom à cette voiture aux performances pour le moins sympathiques.






Dans le même plateau, quelques modernes enchaînent les tours. C'est le cas de cette Alfa GT, dont le pilote n'est autre que Patrick Pommier, l'organisateur avec qui j'ai échangé par mail (au passage, un merci pour son invitation...). Un GTV6 pour le moins radical, et une 75 sont à la lutte. Un régal pour les yeux, et les tympans.





Tandis que certains rentrent aux stands en parfait état de marche, d'autres attendent la fin de la session au bord de la piste. La dure loi des sports mécaniques.




Je me décide à demander à l'accueil s'il est possible d'aller sur le bord de piste, pour faire des photos. On me répond que oui, à condition de ne pas se mettre dans les trajectoires, ce qui semble assez logique. Pourquoi s'en priver, me voilà donc parti dans la grande courbe Le Pieu.




Là, je suis à l'intérieur du virage, et il n'y a pas de rail entre moi et les voitures. C'est une impression bizarre, que je connaissais déjà en rallye ou course de côte, mais jamais en circuit.




J'en profite pour faire des filés en courbe. C'est assez compliqué vu le fort dénivelé de lieu, et la trajectoire pas vraiment linéaire de la voiture fait que la netteté ne peut en aucun cas être parfaite sur toute la voiture. C'est comme cela, et il semblerait qu'il n'y ait pas le choix.





En continuant un peu, je prends de la hauteur par rapport à la piste, et je suis maintenant bien 4m au dessus de l'asphalte. Dommage que je ne puisse pas vraiment exploiter la falaise, mais la solidité précaire du bloc m'en dissuade. Tant pis, ca change un peu l'angle de vue, et c'est sympa.




A quelques mètres de là, je suis à la sortie du Pieu, au moment de la grosse relance. Les voitures sont pratiquement à mon niveau. Par contre, je suis dans une sorte de maquis vierge de tout entretien ce qui complique la tâche pour se placer. La GT Q2 de Patrick est très jolie, et j'aime de plus en plus ce modèle qui sort un peu de l'ordinaire.





Le Pacecar prend la piste à toute vitesse. Suivi de prêt par les quelques voitures qui finiront leur tour. L'interrogation grandit, et je m'empresse de retourner au paddock pour en savoir plus.





Je comprend rapidement que quelque chose ne va pas quand je vois le tracteur et le pickup de l'assistance se précipiter au début de la ligne droite. En me rapprochant, je me rend compte qu'une voiture est sortie dans les graviers, mais impossible de l'identifier de loin. Aïe, il s'agit d'un Spider 916. Les passagers se portent bien, juste legerement choqué. Les roulages vont s'interrompre pour la matinée, en attendant des nouvelles, espérerons positives, des occupants du 916.


Du coup, la parade initialement prévue entre midi et deux a lieu en avance. Le principe est simple, à savoir mettre toutes les voitures sur la piste, et les faire défiler au ralenti. C'est impressionnant de voir tant d'Alfa en même temps sur un si petit espace. J'ose à peine imaginer ce que cela peut être à Spa ou à Zandvoort. Quelques modèles sympas se mettent en place, ce qui permet de faire deux trois clichés agréables sans personne dessus, comme pour cette Brera bleue, ou la GT rouge. L'Alfa Spider blanche est sublime. Dommage que l'on n'en croise pas souvent, car c'est un modèle très racé, assez proche de l'esprit de la 8C. En arrière du peloton, une autre barquette Alfa Roméo, avec, semblerait-il, un ancien champion de France (merci d'apporter des informations complémentaires) qui n'a pas été autorisé à rouler, du fait d'un niveau sonore trop élevé.. C'est dommage.





Tout le monde est en place, c'est parti.





J'en profite pour prendre des photos pas forcément possibles en piste, comme cette Brera et Spider qui paradent ensemble. De même pour les trois Bertone, et les trois GT. J'y pense seulement en voyant ce photographe dans le 916, mais j'aurais pu embarquer avec l'appareil photo, pour prendre des clichés qui changent de d'habitude. Trop tard. En tout cas, la 147GTA me plait toujours énormément.





Après avoir avalé un sandwich en vitesse, c'est l'heure de faire un tour de paddock. On y retrouve donc la 147 GTA rouge. Elle est très sportive, et dans un état remarquable. Vraiment un modèle qui me fait extrêmement envie. L'étrange silhouette blanche de la matinée n'est autre que la Tubolare. Construite sur un chassis tubulaire, et animé d'un moteur 6 cylindres Alfa, c'est ici un exemplaire unique de compétition client. Et en plus, elle est de Dijon.




Le seul exemplaire de la journée, et c'est bien dommage, se trouve ici. En effet, la Montréal célèbre pourtant ses 40 ans, mais il faut croire que peu de gens possèdent encore ces voitures, ou n'ont pas voulu les sortir. Un petit cliché artistique avec un reflet du sigle sur le pare-choc.




Comme vous l'avez peut-être remarqué, le ciel était très menaçant. En effet, un orage très violent vient s'abattre droit sur le Mas du Clos. J'ai rarement vu tomber autant de pluie en si peu de temps, et tout le monde s'abrite dans les voitures. Les Spiders sont bâchés à toute vitesse, et les plus sensibles rentrés dans les camions. Une malheureuse 75 garée juste à côté de moi a ses vitres ouvertes en grand. J'avertis le propriétaire, à l'abri un peu plus loin, mais les clés sont absentes, et le temps de les retrouver, l'intérieur est rincé. Il ne reste plus qu'à faire sécher çà attentivement.


La pluie s'atténue, mais la piste est comparable à un véritable pédiluve. Il n'y a pour le moment personne qui ose se lancer, j'en profite donc pour prendre des photos des voitures trempées. C'est original, et la lumière juste après l'orage est très jolie: la 147 GTA, toujours aussi plaisante, même mouillée. Deux GTV6 116, en version piste tous les deux. Toujours pas de déco replica Snobeck.





La piste est ouverte de nouveau, mais peu de monde ose se lancer. Le premier à le faire sera un GTV6, légèrement préparer pour la piste. Le propriétaire, au demeurant très sympathique, préfère s'élancer en slick et voir ce que ca donne, plutôt que de perdre inutilement du temps à monter les pneus pluie. Ce choix atypique n'altère pas du tout son rythme, ce qui provoque l'étonnement dans les paddocks. Chapeau !




Un GTV 916 va vite le rejoindre, ainsi que deux anciennes bien décidées à en découdre sur l'eau.





Soudain, un sifflement violent se fait entendre. En effet, il s'agit bel et bien d'une 75 Evo, dont le bruit de turbo très caractéristique ne laisse pas de marbre. Très gros rythme pour cette Alfa visiblement coutumière du fait.




Il pleut et c'est très sombre. Autant en profiter et exploiter les conditions météo. Je choisis donc de faire des filés, en espérant avoir un beau rendu avec les projections d'eau. C'est parfois timide, comme pour le Sprint 1,3 gris, et d'autres plutôt généreux, comme pour la 145 Cup.






Un nouvel épisode pluvieux arrive, et beaucoup de pilotes s'arrêtent. Quelques acharnés continuent de rouler, comme la GT ou la 75 Evo. La 145 Cup roule très fort sur le mouillé, et s'arrête fréquemment au stand pour essuyer la buée qui se forme sur le pare-brise. Dimitri, il faudra revoir la ventilation.






L'eau stagne sur la piste, mais ca ne retient pas ce GTV6 Production qui s'élance, après avoir monté les pneus rainurés. Ça devient compliqué pour moi de faire des photos propres vu la pluie intense à ce moment là.





Certain préfèrent partir avant la fin, alors que je décide de me rendre sur la ligne des stands. Il y pleut également, mais on ne sait jamais. L'Alfa GTA semble contraint de rentrer au paddock. Difficile de dompter la puissance de cette ancienne ?





Un Spider 916 attend pour rejoindre ses camarades. Pendant ce temps là, la 147 GTA et la GT s'en donnent à cœur joie.




La pluie, ca permet de changer un peu la monotonie relative des images traditionnelles. Dans la ligne droite, ca rend pas trop mal. Les quelques flaques donnent des reflets sympas. Dommage que ca ne soit pas partout comme çà.




On se rend compte que le virage du Pieu est très fortement incliné. De l'autre coté des pneus, rien que le ciel à l'horizon.




Cette photo est peut-être celle que je préfère. Pour plusieurs raisons: le modèle y est pour beaucoup, mais j'aime assez le cadrage avec la ligne à damier qui traverse cette photo, et la gerbe d'eau derrière est présente, sans prendre trop place. J'aime, pas vous ?




Duel au sommet entre deux générations de GTV6.




La météo me dissuade d'exploiter la partie éloignée du circuit. Je me contenterais, à regret, de quelques clichés très distants.




La 145 Cup, qui rentre une nouvelle fois faire de l'assistance. Un GTV6 TB impose un rythme assez soutenu malgré le bitume toujours humide. Je m'amuse un peu avec les reflets des phares des voitures.





Un dernier coup d'œil au loin, avant de remonter sur le parking des paddocks.




Je prend quelques minutes pour faire un panorama de ce que peut voir un spectateur depuis les paddocks. C'est restreint. Par contre, on voit bien que le circuit est entouré de verdure, ce qui peut être un atout sensible dès qu'on a une accréditation.




Étrangement, il pleut un peu moins, mais les filés n'en sont que meilleurs. La 145 Cup, toujours très rapide pour un roulage de découverte sur pluie.




Il est temps de faire un tour rapide des paddocks. Beaucoup commencent à ranger, et les voitures ne vont pas tarder à partir. Le GTV6 qui a ouvert la piste tout à l'heure est là. Cette fois-ci, avec des pneus pluies en bien mauvais état. Le look atypique de celui-ci lui donne un aspect piste très réussi.




A peine plus loin, je tombe nez à nez avec le GTV6 TB rouge de tout à l'heure, encore tout dégoulinant. On s'accroupit, tant pis si le jean mouille, le cliché sera bien. Un autre 916 s'attarde ici. Les clichés au ras du sol, même si je ne suis pas le premier à le faire, j'aime bien.





Allez, pour finir, le moderne Spider blanc se pavane à côté de ma voiture. Pourquoi s'en priver? Il n'y a plus personne sur la piste dorénavant, et j'ai encore de la route pour rentrer. Cap sur Besançon.




Il est l'heure de dresser le bilan. Cette journée au Mas du Clos a été très intéressante en plusieurs points. Déjà, c'est la première fois que j'assiste à un évènement exclusivement réservé aux Alfa. Ensuite, je découvrais le circuit du Mas du Clos, qui est très sympathique, pour peu qu'on puisse obtenir l'autorisation de se placer dans des zones photogéniques, chose que je n'ai pas pu beaucoup exploiter du fait de la météo. J'ai également pu voir, ou revoir des modèles qui ne me laissent pas insensible, comme la 147 GTA ou les GTV6. Un seul regret, c'est l'absence de modèles plus rarissimes, comme la 8C ou des 33 Stradale. Alfa aurait pu faire un effort, même si la journée est organisée par un club (que je remercie énormément au passage).


J'arrive à Besançon vers minuit, et m'empresse de rejoindre mon lit, les yeux et les oreilles ravis de cette journée, que j'aurais, je l'espère, l'occasion de renouveler.


Postez votre commentaire



jeudi 11 août 2011 20h47 - posté par GTAlfisti

Ici je peux le dire, KUMKA JE T'AIIIIIIIIMMME !!!! Biz

Magnifiques photos <3

samedi 2 octobre 2010 09h24 - posté par Psychomniscient

Merci pour ce reportage très chouette et pour ces belles Alfas sportives ;)

lundi 20 septembre 2010 14h24 - posté par sprintrofeo

Juste un complément d'info concernant la barquette blanche . Il s'agit d'une Arc MF15 de 1987 ex coupe de l'avenir qui termina 1ere du championnat de france des sport Prototype en 1989 et 1991.

mercredi 15 septembre 2010 18h49 - posté par leroy25

salut !

Magnifique toutes ces Alfas, dommage j'avais pas encore la mienne pour fêter dignement le centenaire.

Pour la prochaine fois :)

lundi 23 août 2010 15h52 - posté par Oliv87

Super reportage, magnifiques photos, et avec les détails en plus on dirait que c'était hier!

dimanche 22 août 2010 20h21 - posté par Iro

Magnifique reportage , Tu va finir par me faire adhéré a 100% aux Alfa ! =P
Une diversité de voiture impressionnante , mais pour autant très appréciable pour les yeux :)

samedi 14 août 2010 12h30 - posté par Fifou

Salut et merci pour ces très belles photos!
Je suis le propriétaire de la 75 Evo (qui a perdu sa lame inférieure avant, malheureusement car c'est moins beau sans), c'est la première fois que je vois des photos de ma Evo sous la pluie! Encore bravo pour ton reportage!

vendredi 13 août 2010 13h20 - posté par alfamania

Bravo pour ce reportage. Les photos sont remarquables, et les commentaires sobres comme il faut.
Juste une précision : la "Tubolare" blanche n'est qu'une copie de TZ2 .. plutôt réussie d'ailleurs.

jeudi 12 août 2010 23h31 - posté par sud87

merci pour ces photos,l'annee prochaine si tu veux tu montes avec moi,avec plaisir,je suis le tondeur d'herbe(la sud grise)

jeudi 12 août 2010 19h41 - posté par Me33QV

Merci pour ce reportage fort sympathique ! ça donne envie !

jeudi 12 août 2010 18h40 - posté par ToxyMaTT

Merci pour ces belles photos !!!

jeudi 12 août 2010 15h33 - posté par al capone

merci pour ce recit sans fioriture et plein de passion!
dommage de n avoir pu etre présent, l année prochaine sera d autant plus croustillante.
felicitation pour tes belles photos.
a bientot

jeudi 12 août 2010 15h08 - posté par bingin

très beau reportage, bravo !!

jeudi 12 août 2010 14h33 - posté par dim-79

Superbe ton reportage Stéphane!!!!
Dommage ça manque de photos de la 145 cup ^^!
Et pour info y a pas de ventilation dedans d'ou le problème de buée...

Encore merci pour ces superbes photos!!!!!

Retour en haut de page

© Copyrights Stéphane HERVIER 2010